Sur le pont ! (1)

Aubrey J. Crocker à la barre de Puritan
Une fois posé le support du pont et les bordés (voir article "Construction de la coque"), le résultat m'apparut peu réaliste pour un yacht de course, quelque chose clochait : la hauteur des pavois semblait démesurée ce qui avait pour effet d'avoir un pont très enfoncé dans la coque; une conception digne d'un terre-neuvas ! Une recherche s'imposait avant d'aller plus loin...

Sur cette rare photographie dénichée sur Internet, on aperçoit le skipper Aubrey J. Crocker à la barre de Puritan. Il est accompagné par une personne non identifiée qui est accoudée au bossoir du canot de sauvetage. Ce personnage est idéalement placé pour estimer la hauteur de la lisse de pavois. Celle-ci lui arrive sur le haut du mollet, ce qui, pour une personne de taille moyenne (1.75m), correspond à 35 cm environ. Mamoli, dans son kit, opte pour une hauteur de 15mm (3 bordés de 5mm) ce qui donnerait dans la réalité une hauteur de pavois de 75 cm soit 40 cm de trop ! Mais attention on est à l'arrière du navire, la hauteur de pavois est plus élevée vers l'avant pour éviter d'embarquer trop d'eau par mauvais temps.

Il faut donc relever le niveau du pont sans tout défaire. La seule solution que j'ai trouvée pour y arriver sans modifier le bouge et la tonture, est de coller des lattes transversales de 5 x 1 mm en 3 couches. C'est un peu laborieux et ça fait rigoler mon entourage, mais je ne suis plus à ça près. La hauteur du pavois sera ensuite affinée par ponçage, après la pose des lattes du pont.

 Montage selon Mamoli : hauteur de
pavois  exagérée et corniers irréalistes

Surélévation du pont par 3 épaisseurs
de  baguettes, avant la pose des lattes
Concernant les jambettes de pavois, cette partie des membrures qui dépasse du pont et qui sert de support au pavois, Mamoli propose de coller une baguette de 2 mm de large sur 1 d'épaisseur. Là encore, cela ne correspond pas à la réalité surtout au niveau de l'épaisseur. En examinant la photo en tête d'article, on peut estimer cette épaisseur à 10 cm. J'ai donc choisi de doubler les jambettes en collant une 2ème baguette sur la 1ère.

Pont surélevé et jambettes de pavois
doublées pour se rapprocher  de la réalité

Enfin, et pour terminer ce premier article consacré au pont du Puritan, il me faut vous dire un mot sur les allonges de tableau.
Tableau arrière du May Flower
On commence par les corniers, ces deux éléments qui forment les angles à l'arrière du navire et où se rejoignent les virures du pavois et celles du tableau. Pour les représenter, le constructeur du kit prévoit une forme prédécoupée dans une feuille d'acajou de 1 mm d'épaisseur. Là encore, on est loin de la réalité car en regardant cette photo du pont du May Flower, on voit que le cornier est une robuste pièce en bois longiligne et de section pratiquement carrée. J'ai donc remplacé les deux formes prédécoupées par par deux pièces sur mesure. Pour les trois allonges restantes, la voie est libre, car Mamoli n'en prévoit même pas. Mais là encore, les photos d'époque sont là pour nous sortir de l'embarras !

Gabarit pour le découpage des corniers

 Poses des corniers et allonge de tableau
avant de terminer la surélévation du pont
Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.
À bientôt pour de nouvelles aventures J
DD

Commentaires

  1. Ah ! Je désespérais de vous lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien merci, ça fait plaisir ! :-)

      Supprimer
  2. "C'est un peu laborieux et ça fait rigoler mon entourage, mais je ne suis plus à ça près"

    --> Je me demande bien QUI, dans ton entourage, pourrait-être d'humeur assez taquine pour te chambrer sur quoi que ce soit !

    ;-p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés